Et si le coaching “GO GO GO… Action n’était pas fait pour vous ?

Hello … ça pop ?

Rhoooo là là, je viens d’expérimenter un « flash back » sur les modes de fonctionnements que j’avais avant, et que j’ai eu besoin de reproduire pour me rendre compte à quel point c’est inefficace.

On nous a tellement rabâché les oreilles avec des slogans d’action, de se fixer des objectifs clairs, et d’y aller coûte que coûte ….

Et bien justement, y aller « coûte que coûte », ça coûte cher !!! C’est bien trop cher payé d’ailleurs pour mon corps, pour l’énergie que cela a généré et le résultat médiocre obtenu.

Enfin, le résultat n’est pas mauvais en soi, mais le chemin pour y arriver n’a pas été satisfaisant. Il y a donc un goût d’amertume qui n’a rien à voir avec mon énergie primordiale, qui est la joie et l’enthousiasme.

Que s’est-il passé alors ? Comment est-ce que ce partage d’expérience peut vous aider à comprendre et accepter votre propre mode de fonctionnement ?

« Le sujet est une pépite, alors accrochez-vous, il va y avoir du contenu ! 😜 »

Je vais un peu schématiser, mais en gros, il y a :

  • petit a: les personnes qui fonctionnent de manière linéaire, avec des plans d’action clairs, dont la priorité est le résultat, peu importe la manière d’y arriver. Un but précis→ une action structurée→ un résultat. Point.
  • petit b: Les personnes qui ont une énergie fluctuante, qui ont besoin de prendre du plaisir le long du chemin, et pour lesquelles le résultat est important mais peut prendre une autre forme dans sa réalisation que celle initialement prévue. Un but → plusieurs pistes qui prennent en compte tous les paramètres du but et plusieurs actions → un looping d’idées à canaliser → un résultat qui ne sera satisfaisant que si il colle avec toutes les valeurs de la personne.

schema HPE

Vous sentez-vous plutôt « petit a » ou « petit b » ?

Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse, ni de bonne ou mauvaise façon de faire.

La société a bien évidemment sa préférence, qui penche pour la méthode « petit a » : prédictible, mesurable et contrôlable. Alors tant mieux pour toutes les personnes qui fonctionnent de cette manière, elles navigueront comme des poissons dans l’eau dans l’océan de conformisme de la société.

Pour toutes les personnes qui se reconnaissent dans le second profil, alors là l’aventure traditionnelles proposée devient beaucoup plus périlleuse !

Au vu du schéma, on imagine que le profil « petit b » va perdre beaucoup trop de temps pour analyser et traiter toutes ces données/idées et qu’il est donc préférable de fonctionner comme le profil « petit b ».

Alors que dans les faits, pas du tout. C’est simplement que le cerveau de « petit b » fonctionne de manière séquentielle, en multi-couche. Cela ne lui pose aucun problème puisque c’est sa préférence naturelle de traiter des informations. Il sera aussi rapide que « petit a » mais aura foisonné et créé sur le chemin. Il aura eu des idées non abouties mais qui ont germé pour un autre projet/but. Il aura analysé toutes les éventualités et sera plus efficace lors d’une autre mise en application du même but dans des circonstances légèrement différentes. Il sera satisfait du résultat final, rassasié de s’être nourri de cette aventure.

Lorsque « petit b » se prive de son fonctionnement naturel pour tenter de mimétiser le modèle « petit a », il se contracte, se diminue et cela lui coûte beaucoup d’énergie.

Si vous vous reconnaissez être une frustration ambulante vous sentant incomprise dans votre travail, vous faites probablement partie des personnes « hypersensibles » avec un potentiel émotionnel plus développé que la moyenne.

Dans la théorie, ce sont des facultés hors normes absolument phénoménales et riches.

Dans la pratique, vous vous jugez probablement quotidiennement de ne pas être « dans les clous ». Tout simplement car vos super pouvoirs ne sont pas reconnus à leur juste valeur. Tout votre être a envie d’être une contribution et on vous répète que ce n’est pas comme ça qu’on fait, que vous êtes tantôt trop dispersée ou perfectionniste.

Combien de fois vous est-il arrivé d’avoir en charge un projet ou un dossier et de voir les bugs inhérents à la mission qu’on vous a confiée ?

Exemple :

Vous avez vu plus loin que ce qu’on vous a demandé, pris en compte tous les paramètres, envisagé des solutions plus adaptées pour une plus grande efficacité tout en préservant la qualité de vie au travail. Tout ceci en quelques heures.

Forte de votre engagement envers la société et plein(e) d’enthousiasme, vous allez de ce pas partager votre vision à votre chef afin de pouvoir contribuer pleinement à la réussite de l’entreprise.

Vous commencez à exposer vos arguments, et, stoppé(e) en plein vol, votre « supérieur hiérarchique » vous coupe la parole: « Mais ma petite Sophie (ça marche aussi pour mon petit Antoine – lol), de quoi vous mêlez-vous ? Ne pouvez-vous pas simplement faire ce que je vous ai demandé sans vous poser mille questions ? »

BIM !

Ce genre de situation vous parle ? Alors vous êtes un(e) HPE incompris(e). (Haut Potentiel Emotionnel).

La bonne nouvelle, c’est que ce n’est pas « grave ».

La deuxième bonne nouvelle, c’est que vous avez des super capacités de perception et que c’est une chance !

La troisième bonne nouvelle, c’est que VOUS avez le choix de mettre à contribution ses super pouvoirs dans une activité qui les valorise !

Pour ma part, c’est chose faite depuis longtemps… je suis devenue entrepreneure à 33 ans (chiffre à la symbolique forte … le Christ et ses 33 miracles, nos 33 vertèbres, le plis haut grade de la franc-maçonnerie … bref, laissons là les légendes urbaines, j’avais 33 ans. C’est un fait vérifiable).

Cela dit, quand je me suis lancée, je n’avais pas tous les merveilleux outils que j’utilise aujourd’hui. J’étais encore dans la case des « rebelles » farouches et incomprises qui se cherchent.

Aujourd’hui je me trouve de mieux en mieux, à tous points de vue d’ailleurs – lol !

Pourtant, malgré cette effervescence chronique de joie et bonne humeur naturelle, il arrive que je me fasse encore happer par le conformisme !!! Wow !

Rien ne vaut un exemple pratique pour se mettre dans la peau d’une personne dispersée. Vous découvrirez cette prise de conscience en images dans la vidéo.

Partagez cette vidéo autour de vous si vous vous reconnaissez, cela permettra plus d’ouverture envers les personnes qui fonctionnent simplement différemment.

C’est par là que ça se passe: https://youtu.be/r3z2Jxbi3V0

Je suis retournée expérimenter le modèle classique du « GO GO GO … Action ! » et ça a été un splendide carnage émotionnel et énergétique.

Sous prétexte d’avoir un délai assez court pour mettre en œuvre un projet passionnant, je me suis catapultée dans le FAIRE pour faire. MOUARF ! La belle gamelle !

Je n’ai pas :

  • écouté mon corps (en phase de lunes) qui avait besoin de se ressourcer
  • poser de questions pour identifier ce qui serait plus productif pour moi et contributif pour le projet
  • fait de pauses fun pour changer d’air (et de perspective)

Par contre, j’ai été la championne du :

  • je fais comme on m’a appris et non pas comme ça fonctionne pour moi
  • je me force à établir un plan, une structure pour ma conférence
  • je reste des heures à mon bureau pour produire

Wow ! En écrivant ceci, je me rends compte de l’énormité de la chose, et de tous les jugements, les doutes et les peurs qui se cachaient derrière cela.

Quand on s’engage à donner une conférence de 30 minutes pendant un Salon du bien-être – la première en live de ma vie – on se doit de la préparer, d’avoir un truc sérieux et structuré à présenter, avec un super powerpoint et un bla bla bien rodé …

J’ai tenté de faire cet exercice pour répondre à la norme « petit a », mais je me suis très… très… très vite perdue.

J’aurais pu si cela avait concerné les techniques photographiques. J’ai une base de travail structurée quand je donne mes cours photos. La vitesse d’obturation, l’ouverture du diaphragme et la sensibilité ISO sont des paramètres mesurables. Ils ont une incidence directe sur le rendu de la photographie. Ensuite, je brode selon les besoins de chaque participant, m’adaptant à leur niveau de connaissance et leurs attentes (oup’s oui, même structurée je dérape sur le profil petit b. Comme on dit, chassez le naturel, il revient au galop – lol!)

But : réaliser des photos de nuit / Actions : marche à suivre et conseils / Résultat : une photo de qualité

Dans le cas de cette conférence, le titre que j’ai choisi est «  Et si on arrêtait de se séparer de soi pour remettre de la joie dans notre quotidien ? »

Et dans l’exemple de la préparation de cette conférence, j’en ai été le contre-exemple sur patte pendant plusieurs jours !

Je me suis totalement séparée de moi et de mes préférences naturelles d’appréhension de mon sujet pour essayer de rentrer dans les cases structurées de ce à quoi devraitressembler une conférence etsa préparation.

En forçant les choses à être structurées, j’ai :

  • perdu ma joie et mon enthousiasme
  • généré du stress et de la contrariété
  • été happée par la peur et les doutes quant à mes capacités. « Non mais ma pauvre fille, tu t’es mise dans une sacrée galère puisque tu ne sais même pas préparer une présentation ! Tu te prends pour qui en croyant que tu vas la faire au talent ?»
  • pâli quand les personnes bienveillantes me demandaient si ma conférence était prête …

Mais la vérité est ailleurs !

En fait, cela fait une semaine que je la prépare, mais que cela n’a pas pris la forme classique à laquelle on a l’habitude.

Je réalise en écrivant ces lignes que je viens de trouver mon introduction pour cette conférence ! Waw ! Quelle créatrice ! J’ai recréé cet inconfort (qui faisait partie de mes souvenirs) pour me mettre à la place de mon audience et revivre ce sentiment afin d’être plus à même d’en parler. Je me suis jugée pour cela alors qu’en fait j’étais déjà dans le processus génératif d’une conférence qui va être vivante, gaie et percutante d’honnêteté !

Si vous êtes en Haute-Savoie, venez donc voir à quoi ressemble une conférence qui se construit avec ses participants en suivant l’énergie de l’instant présent ! Je vous donne rendez-vous à 13h.

« Venez découvrir à quoi ressemble une conférence qui se construit avec ses participants en suivant l’énergie de l’instant présent ! rdv à 13h 😉»

Je serai présente au Salon bien-être – samedi 8 février 2020 – 74’250 FILLINGES – Haute-Savoie 

Entrée libre / ateliers et conférences gratuites

Petite restauration sur place / parking

#poptalife #poptonbusiness #zèbre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

error

Rejoignez-moi sur les réseaux sociaux !

YouTube
YouTube
Instagram
Des news par mail ?